Programme des maladies chroniques

Le Programme des maladies chroniques de l’IRHO regroupe 24 scientifiques et 15 chercheurs qui dirigent des équipes de recherche comptant au total plus de 200 personnes. Les recherches visent à améliorer la prévention, le diagnostic et le traitement de tout un éventail de maladies chroniques qui constituent un fardeau considérable et sans cesse grandissant pour le système de santé au Canada et aux quatre coins du monde. En plus d’explorer les altérations génétiques et cellulaires à la base de ces troubles, les chercheurs mettent à l’essai de nouveaux traitements chez des patients. Voici les principaux domaines de recherche.

Hypertension et maladies du rein
L’IRHO est fier d’accueillir le premier centre canadien consacré uniquement à la recherche sur les maladies du rein. Le Centre de recherche sur les maladies du rein est situé au Pavillon Roger Guindon de l’Université d’Ottawa. Les chercheurs du Centre veulent comprendre comment des facteurs génétiques et des problèmes comme l’hypertension, l’inflammation et le diabète peuvent stimuler une maladie du rein. Ils réalisent également des études cliniques auprès de patients pour trouver des façons de réduire les complications associées à la transplantation et à la dialyse et améliorer le diagnostic et la surveillance. Pour en apprendre davantage, visitez le site du Centre de recherche sur les maladies du rein.

Diabète et obésité
Les chercheurs se penchent à la fois sur le diabète de type 1 (auto-immun) et de type 2 (lié à l’obésité). En ce qui concerne le type 1, les chercheurs ont isolé la première protéine de blé d’intérêt potentiel qui semble endommager les cellules produisant de l’insuline dans le pancréas. Les chercheurs continuent d’examiner de quelles façons les facteurs environnementaux contribuent à la maladie. Du côté du type 2, les chercheurs essaient de comprendre le système utilisé par les cellules adipeuses pour communiquer avec les autres cellules du corps et examinent de quelles façons l’excès de tissus adipeux, l’inflammation et les lipoprotéines altérées contribuent à l’apparition du diabète et de maladies cardiovasculaires. Ils étudient également la possibilité que les proprotéines convertases soient utilisées comme cibles pour mettre au point de nouveaux traitements. Pour en savoir plus, consultez la section Diabète et obésité.

Maladies infectieuses
Il y a un groupe interdisciplinaire assez unique qui se consacre à la recherche sur les maladies infectieuses à l’IRHO. Le VIH est l’un des principaux domaines de recherche. Les études actuelles portent principalement sur la façon dont les facteurs liés à l’hôte et les facteurs viraux participent à la suppression de la réponse immunitaire, la mise au point et l’essai de vaccins et d’autres thérapies immunitaires, l’étude de la pharmacologie d’antiviraux et l’intégration des soins psychologiques aux protocoles de traitement. Pour en savoir plus, consultez la section VIH/SIDA. Les autres domaines de recherche sont l’hépatite virale, les infections transmissibles sexuellement, la santé internationale, le contrôle des infections et la planification en vue d’une pandémie.

Problèmes de reproduction et de développement
L’IRHO est l’une des plaques tournantes au Canada pour la recherche sur le système reproducteur de l’homme et de la femme. Les chercheurs se penchent sur d’importants problèmes de santé comme l’infertilité chez l’homme et la femme, les problèmes touchant les vaisseaux sanguins pendant la grossesse, la naissance prématurée et les déterminants environnementaux de la santé du système reproducteur. Ils s’intéressent aussi à la biologie du développement. Les travaux portent principalement sur l’ovocyte, l’embryon et le placenta, ainsi que sur la science émergente des cellules souches. Pour en savoir plus, visitez la page Biologie de la reproduction et développement.