Un premier patient reçoit une nouvelle combinaison d’immunothérapie et de virothérapie expérimentales dans le cadre d’un essai clinique

le 26 avril 2017



L’Hôpital d’Ottawa et le Centre des sciences de la santé d’Hamilton ont entrepris un essai clinique pour tenter de déterminer si un traitement expérimental associant deux virus et un médicament est efficace pour traiter le cancer du poumon non à petites cellules. L’approche utilisée est considérée comme une forme d’immunothérapie. Elle vise à stimuler le système immunitaire pour qu’il puisse déceler, attaquer et détruire les cellules cancéreuses.

Le premier participant à l’essai a récemment été traité au Centre des sciences de la santé d’Hamilton. On prévoit recruter et traiter 54 autres patients dans le cadre de l’essai à Hamilton, à Ottawa et ailleurs.

« Ces dernières années, l’immunothérapie s’est révélée très prometteuse pour le traitement de certains types de cancer, mais nous commençons tout juste à comprendre et à optimiser cette approche », a expliqué le Dr Garth Nicholas, oncologue médical, responsable de l’essai clinique à L’Hôpital d’Ottawa et professeur adjoint à l’Université d’Ottawa. « Nous espérons que cette nouvelle combinaison d’immunothérapies fera une différence pour les personnes atteintes du cancer du poumon. »

« Le cancer du poumon est le cancer le plus fréquent au Canada, et plus de 28 000 nouveaux cas sont diagnostiqués chaque année », a précisé la Dre Rosalyn Juergens, responsable de l’essai, oncologue au Centre des sciences de la santé d’Hamilton et professeure agrégée à l’Université McMaster. « Nous avons fait de grands progrès dans l’amélioration des taux de survie et des résultats des patients, mais nous pouvons faire plus. L’immunothérapie est à la fine pointe d’un nouveau courant de traitement du cancer. Nous sommes emballés par le potentiel qu’elle offre aux patients atteints de cette maladie dévastatrice. »

Le traitement expérimental combine deux virus et le médicament d’immunothérapie

La virothérapie expérimentale mise à l’essai s’appelle MG1-MAGEA3. Elle comprend deux virus modifiés qui ont été mis au point conjointement par David Stojdl, Ph.D. (Centre hospitalier pour enfants de l’est de l’Ontario, Université d’Ottawa), Brian Lichty, Ph.D. (Université McMaster) et John Bell, Ph.D. (L’Hôpital d’Ottawa, Université d’Ottawa), leur équipe de recherche respective et leurs collègues.

Les deux virus utilisés dans cet essai clinique s’appellent MG1MA3 et AdMA3. Le virus MG1MA3 est dérivé d’un virus appelé Maraba, qui a été isolé à partir de phlébotomes brésiliens, tandis que le virus AdMA3 est dérivé d’un virus du rhume commun appelé l’adénovirus. Les deux virus ont été modifiés pour stimuler une réponse immunitaire contre les cellules cancéreuses qui expriment une protéine appelée MAGE A3. Le virus Maraba fournit une arme supplémentaire contre le cancer en se reproduisant à l’intérieur de plusieurs sortes de cellules cancéreuses, les tuant directement.

L’essai associe les deux virus et un médicament appelé pembrolizumab, approuvé par Santé Canada pour le traitement du cancer en 2016. Le pembrolizumab stimule une réponse immunitaire en ciblant une protéine appelée PD-1.

Participation aux essais de virothérapie

Les patients de L’Hôpital d’Ottawa et du Centre des sciences de la santé d’Hamilton qui souhaitent participer aux essais de virothérapie doivent en parler avec leur oncologue.

Le virus MG1-MAGEA3 est également utilisé dans le cadre d’un essai clinique pour personnes atteintes du cancer du sein, du cancer du poumon non à petites cellules et du cancer de l’œsophage.

L’Hôpital d’Ottawa a préparé un document de questions fréquentes au sujet de la virothérapie contre le cancer.

Le commanditaire de l’essai clinique, Turnstone Biologics, est également disponible pour répondre aux questions au 613-421-8930, poste 400.

Partenaires et remerciements

L’essai est financé et parrainé principalement par Turnstone Biologics, une entreprise cofondée par MM. Lichty, Bell et Stojdl. Turnstone a également fait une annonce au sujet du lancement de l’essai clinique aujourd’hui D’autres partenaires appuient financièrement leurs travaux, notamment BioCanRx et l’Institut ontarien de recherche sur le cancer (IORC).

De nombreux organismes appuient aussi les recherches ayant mené à cet essai, notamment les suivants : La Fondation de L’Hôpital d’Ottawa, la Fondation du CHEO, la Société canadienne du cancer, l’Institut de recherche Terry Fox, les Instituts de recherche en santé du Canada, le ministère de la Recherche et de l’Innovation de l’Ontario, la Fondation canadienne pour l’innovation, la Fondation du cancer de la région d’Ottawa, Hair Donation Ottawa, Angels of Hope, BioCanRx, Cancer du pancréas Canada, NAV Canada et plusieurs philanthropes.

Santé Canada, l’organisme de réglementation qui surveille l’utilisation des médicaments au Canada, a autorisé l’utilisation des deux virus en combinaison avec le médicament pembrolizumab pour cet essai. Le comité d’éthique de la recherche sur le cancer en Ontario a examiné et approuvé cet essai et la publication de ce communiqué de presse.

Personnes-ressources pour les médias :

  • L’Hôpital d’Ottawa : Jenn Ganton, 613-614-5253, jganton@ohri.ca
  • Centre des sciences de la santé d’Hamilton : Calyn Pettit, 905-521-2100, poste 76589, pettitc@hhsc.ca
  • Université McMaster : Veronica McGuire, 905-525-9140, poste 22169, vmcguir@mcmaster.ca


Photos


L’Hôpital d’Ottawa : Inspiré par la recherche. Guidé par la compassion.


L’Hôpital d’Ottawa est l’un des plus importants hôpitaux d’enseignement et de recherche au Canada. Il est doté de plus de 1 100 lits, d’un effectif de quelque 12 000 personnes et d’un budget annuel d’environ 1,2 milliard de dollars. L’enseignement et la recherche étant au cœur de nos activités, nous possédons les outils qui nous permettent d’innover et d’améliorer les soins aux patients. Affilié à l’Université d’Ottawa, l’Hôpital fournit sur plusieurs campus des soins spécialisés à la population de l’Est de l’Ontario. Cela dit, nos techniques de pointe et les fruits de nos recherches sont adoptés partout dans le monde. Notre vision consiste à améliorer la qualité des soins et nous mobilisons l’appui de toute la collectivité pour mieux y parvenir. Pour en savoir plus sur la recherche à L’Hôpital d’Ottawa, visitez www.irho.ca

L’Université McMaster


L’Université McMaster est l’une des quatre universités canadiennes qui figurent sur la liste des 100 meilleures universités au monde. Elle est reconnue pour son innovation tant sur le plan de l’enseignement que de la recherche. Elle compte 30 000 étudiants et plus de 170 000 diplômés répartis dans 137 pays. Son école de médecine Michael G. DeGroote est réputée mondialement pour son amélioration de l’enseignement et la constitution d’une médecine factuelle. L’Université et Hamilton Health Sciences, le centre hospitalier universitaire qui lui est associé, jouissent d’une renommée mondiale pour la densité de leurs recherches.

L’Université d’Ottawa : Un carrefour d’idées et de cultures


L’Université d’Ottawa compte plus de 50 000 étudiants, professeurs et employés administratifs qui vivent, travaillent et étudient en français et en anglais. Notre campus est un véritable carrefour des cultures et des idées, où les esprits audacieux se rassemblent pour relancer le débat et faire naître des idées transformatrices. Nous sommes l’une des 10 meilleures universités de recherche du Canada; nos professeurs et chercheurs explorent de nouvelles façons de relever les défis d’aujourd’hui. Classée parmi les 200 meilleures universités du monde, l’Université d’Ottawa attire les plus brillants penseurs et est ouverte à divers points de vue provenant de partout dans le monde. www.uottawa.ca