Mise à jour sur la recherche en virothérapie contre le cancer

le 19 février 2016

Des medias ont récemment diffusé des reportages sur la recherche en virothérapie contre le cancer. En plus de renseigner le public sur l’importance de la recherche canadienne, ces reportages ont généré beaucoup d’espoir et de questions. Voici la réponse aux questions les plus courantes.

1. Existe-t-il des virothérapies approuvées au Canada pour traiter le cancer chez l’humain?

Non. Aucune virothérapie n’a encore été approuvée au Canada pour traiter le cancer chez l’humain. Les États-Unis ont récemment approuvé une virothérapie appelée T-Vec, uniquement pour traiter le mélanome. Nous ne savons pas si elle sera disponible au Canada ni quand elle pourrait l’être.

2. Les personnes atteintes du cancer peuvent-elles participer à des essais cliniques de virothérapies au Canada?

Oui. Il y a quelques essais cliniques de virothérapies contre le cancer en cours au Canada. Il est difficile de maintenir une liste d’essais à jour, mais les gens peuvent se renseigner auprès de leur oncologue et faire des recherches dans des sites comme www.clinicaltrials.gov, www.canadiancancertrials.ca et www.ontariocancertrials.ca. Vous pouvez utiliser des mots clés comme « cancer », « virus » et « Canada ».

Il est important de noter qu’il existe beaucoup d’autres thérapies expérimentales prometteuses pour lutter contre le cancer qui font l’objet d’essais cliniques au Canada. L’idéal est de discuter des options avec votre oncologue.

3. En quoi consiste l’essai du virus Maraba?

L’essai clinique du virus Maraba est le premier au monde qui combine deux virus pour attaquer et tuer les cellules cancéreuses tout en stimulant une réponse immunitaire anticancéreuse. Il est réalisé à L’Hôpital d’Ottawa, au centre de cancérologie Juravinski du Centre des sciences de la santé d’Hamilton, au centre de cancérologie Princess Margaret du Réseau de santé universitaire de Toronto et au centre de Vancouver de l’agence de lutte contre le cancer de la Colombie-Britannique par le biais du Groupe canadien des essais sur le cancer. Comme mentionné dans l’avis aux médias annonçant son lancement, l’essai vise à évaluer la combinaison de deux virus chez des gens qui ont un cancer de stade avancé qui ne réagit pas aux traitements standards.

Un des virus est dérivé du virus Maraba qui a été isolé à partir de phlébotomes brésiliens. L’autre est un adénovirus qui peut causer le rhume commun. Le virus Maraba est administré dans une veine tandis que l’adénovirus est injecté dans un muscle. Cette approche n’a jamais été mise à l’essai chez l’humain auparavant.

Pour connaître tous les critères d’admissibilité à l’essai, rendez-vous à www.clinicaltrials.gov/ct2/show/NCT02285816.

4. Les résultats de l’essai du virus Maraba jusqu’à présent sont-ils connus?

Non. L’essai est en cours et les résultats seront rendus publics seulement après leur publication dans une revue à comité de lecture ou leur présentation à une conférence scientifique.

Quelques reportages montrent les tumeurs de patients qui ont participé à des essais cliniques d’autres virus que le virus Maraba qui ont été injectés dans les tumeurs. Ces essais ont donné des résultats positifs chez certains patients seulement. Il faut poursuivre les recherches pour comprendre pourquoi les virothérapies ne sont pas efficaces chez tous les patients.

5. Comment peut-on participer à l’essai du virus Maraba?

L’essai du virus Maraba porte sur un petit échantillon de patients. Seulement 79 personnes y participent dans l’un des quatre centres précisés précédemment. Les critères d’admissibilité sont très restreints. La grande majorité des personnes atteintes du cancer ne pourra pas y participer. Chacun des quatre centres n’accepte seulement les patients déjà en traitement chez eux.

L’essai de virothérapie admet maintenant uniquement des patients atteints des cancers suivants :

- œsophage
- sein
- poumon (non à petites cellules)


Si vous êtes un patient dans l’un des quatre centres, discutez avec votre oncologue des traitements standards ou expérimentaux indiqués dans votre cas.

6. À quel point les virothérapies sont-elles prometteuses pour lutter contre le cancer?

Les virothérapies se sont révélées très prometteuses lors d’études en laboratoire, mais il faut poursuivre les recherches pour savoir si elles seront efficaces chez l’humain. Si elles le sont, il faudra alors déterminer quels virus sont utiles, quels cancers ils peuvent tuer et comment les administrer.

Les récents succès cliniques obtenus avec des médicaments (comme le pembrolizumab, le nivolumab et l’ipilumumab) qui amènent le système immunitaire à attaquer des cellules cancéreuses ont renouvelé l’intérêt des chercheurs à trouver d’autres façons de stimuler le système immunitaire. Les virus peuvent stimuler une réponse immunitaire et un virus en particulier (T-VEC) est maintenant approuvé aux États-Unis pour traiter certains patients ayant le mélanome. On peut donc espérer que d’autres virothérapies pourront un jour servir à combattre d’autres cancers.


À propos de L’Hôpital d’Ottawa


L’Hôpital d’Ottawa est l’un des plus importants hôpitaux d’enseignement et de recherche au Canada. Il est doté de plus de 1 100 lits, d’un effectif de quelque 12 000 personnes et d’un budget annuel d’environ 1,2 milliard de dollars. L’enseignement et la recherche étant au cœur de nos activités, nous possédons les outils qui nous permettent d’innover et d’améliorer les soins aux patients. Affilié à l’Université d’Ottawa, l’Hôpital fournit sur plusieurs campus des soins spécialisés à la population de l’Est de l’Ontario. Cela dit, nos techniques de pointe et les fruits de nos recherches sont adoptés partout dans le monde. Notre vision consiste à améliorer la qualité des soins et nous mobilisons l’appui de toute la collectivité pour mieux y parvenir.

Personnes ressource pour les médias


Jennifer Ganton
Directrice, Communications et relations publiques
Institut de recherche de l'Hôpital d'Ottawa
Bureau : 613-798-5555 x 73325
Cell. : 613-614-5253
jganton@ohri.ca