Les cellules souches pourraient-elles réparer le cœur, lutter contre les infections, développer les poumons des prématurés et régénérer les tissus du cerveau après un AVC?

le 11 avril 2018


Des chercheurs d’Ottawa qui ont reçu 999 900 $ du Réseau de cellules souches sont sur le point de trouver la réponse

Les travaux en laboratoire de chercheurs de L’Hôpital d’Ottawa, du CHEO et de l’Université d’Ottawa se rapprochent de l’étape des essais sur des humains et de la mise au point de traitements, grâce à cinq nouvelles subventions de recherche évaluées par des pairs financées par le Réseau de cellules souches totalisant 999 900 $ dans le cadre d’un investissement global de 4 M$ pour l’ensemble du Canada. À Ottawa, ces subventions serviront aux projets suivants :

Traitement après un infarctus grave

Le Dr Duncan Stewart (L’Hôpital d’Ottawa et l’Université d’Ottawa) et ses collègues ont obtenu 500 000 $ pour poursuivre le premier essai clinique au monde d’un traitement par cellules souches génétiquement modifiées après une crise cardiaque. Ces nouveaux fonds permettront à l’équipe de mettre en place un nouveau centre d’essai et de réaliser l’analyse préliminaire de 60 premiers patients. Collaborateurs : David Courtman, Michael Kutryk, Michel Lemay, Chris Glover, Hung-Ly Quoc, Josep Rodes-Cabau, Dominique Joyal, Alexander Dick, Howard Leong Poi et Kim Connelly.

Essai sur le choc septique

La Dre Lauralyn McIntyre, Shirley Mei, Ph.D. (L’Hôpital d’Ottawa et l’Université d’Ottawa), ainsi que leurs collègues ont reçu 200 000 $ qui serviront à mettre au point une banque de cellules souches, de même que le produit final qui sera utilisé à la phase 2 du premier essai clinique multicentrique d’un traitement par cellules souches mésenchymateuses contre le choc septique. Le choc septique, qui peut être mortel, survient lorsqu’une infection se propage dans l’ensemble du corps et surstimule le système immunitaire, causant la défaillance de plusieurs organes.

L’essai portera sur 114 patients, dans 10 centres hospitaliers universitaires au Canada. La phase 1 de l’essai n’a révélé aucun événement indésirable associé à ce traitement. La Dre McIntyre a également obtenu une somme additionnelle de 100 000 $ afin de rédiger la documentation relative aux examens déontologiques et réglementaires, de préparer la formation opérationnelle et de recruter un ou deux patients à chacun des établissements participants.

Collaborateurs : Duncan Stewart, Dean Fergusson, John Marshall, Keith Walley, Claudia dos Santos, Brent Winston, Shane English, Alexis Turgeon, Geeta Mehta, Robert Green, Alison Fox-Robichaud, Margaret Herridge, John Granton, Paul Hebert, Kednapa Thavorn, Timothy Ramsay, Dana Devine, Centre de fabrication de biothérapies de L’Hôpital d’Ottawa et Société canadienne du sang

Régénération du cerveau après un AVC

La Dre Eve Tsai (L’Hôpital d’Ottawa et l’Université d’Ottawa) et son équipe ont reçu 100 000 $ afin de tester sur des modèles animaux un nouveau biomatériau qui pourrait amener les cellules souches du cerveau à réparer les dommages causés par un AVC. Ce biomatériau pourrait être inséré dans le corps dans le cadre d’une opération courante suivant un AVC. Graduellement, il libérerait des molécules capables de stimuler les cellules souches cérébrales dans le but de restaurer les fonctions motrices. Collaborateurs : Xudong Cao et Ruth Slack.

Formation de nouveaux vaisseaux sanguins pulmonaires chez les nouveau-nés

Le Dr Bernard Thébaud (L’Hôpital d’Ottawa, le CHEO et l’Université d’Ottawa) et ses collègues ont obtenu 99 900 $ afin de tester sur des modèles expérimentaux l’utilisation de cellules souches de cordons ombilicaux, appelées cellules progénitrices endothéliales, pour traiter l’hypertension pulmonaire. Chez les nouveau-nés souffrant de ce problème, le risque de décès est deux fois plus élevé, tandis que ceux qui survivent développent des problèmes de santé à long terme. L’équipe du Dr Thébaud est la première à avoir démontré que les cellules progénitrices endothéliales peuvent faire diminuer la tension artérielle et favoriser la croissance des poumons par la formation de nouveaux vaisseaux sanguins à partir de modèles expérimentaux de lésions pulmonaires chez des nouveau-nés. Le traitement créé à partir de ces recherches pourrait également être utile aux patients ayant d’autres problèmes cardiovasculaires, comme une crise cardiaque, un AVC ou la prééclampsie. Collaborateurs : Mervin Yoder et Dylan Burger.

Ces projets sont des exemples de ce que fait L’Hôpital d’Ottawa pour favoriser un Ontario plus sain, plus riche, plus informé.

Photo par Ahmed Galuta

L’Hôpital d’Ottawa : Inspiré par la recherche. Guidé par la compassion.
L’Hôpital d’Ottawa est l’un des plus importants hôpitaux d’enseignement et de recherche au Canada. Il est doté de plus de 1 100 lits, d’un effectif de quelque 12 000 personnes et d’un budget annuel d’environ 1,2 milliard de dollars. L’enseignement et la recherche étant au cœur de nos activités, nous possédons les outils qui nous permettent d’innover et d’améliorer les soins aux patients. Affilié à l’Université d’Ottawa, l’Hôpital fournit sur plusieurs campus des soins spécialisés à la population de l’Est de l’Ontario. Cela dit, nos techniques de pointe et les fruits de nos recherches sont adoptés partout dans le monde. Notre vision consiste à améliorer la qualité des soins et nous mobilisons l’appui de toute la collectivité pour mieux y parvenir. Pour en savoir plus sur la recherche à L’Hôpital d’Ottawa, visitez www.irho.ca

L’Institut de recherche du CHEO
L’Institut de recherche du CHEO, affilié à l’Université d’Ottawa, coordonne les activités de recherche au Centre hospitalier pour enfants de l’est de l’Ontario. Ses trois programmes de recherche comprennent la biomédecine moléculaire, les technologies de la santé et l’application des données probantes à la pratique médicale. Ses principaux domaines de recherche sont le cancer, le diabète, l’obésité, la santé mentale, la médecine d’urgence, la santé musculo-squelettique, les renseignements électroniques sur la santé et la protection des renseignements personnels, ainsi que la génétique des maladies rares. Les avancées réalisées aujourd’hui par l’Institut serviront à améliorer la santé des enfants de demain. Pour de plus amples renseignements, consultez le site Web www.cheori.org ou suivez-nous sur @CHEOhospital.

L’Université d’Ottawa : Un carrefour d’idées et de cultures
L’Université d’Ottawa compte plus de 50 000 étudiants, professeurs et employés administratifs qui vivent, travaillent et étudient en français et en anglais. Notre campus est un véritable carrefour des cultures et des idées, où les esprits audacieux se rassemblent pour relancer le débat et faire naître des idées transformatrices. Nous sommes l’une des 10 meilleures universités de recherche du Canada; nos professeurs et chercheurs explorent de nouvelles façons de relever les défis d’aujourd’hui. Classée parmi les 200 meilleures universités du monde, l’Université d’Ottawa attire les plus brillants penseurs et est ouverte à divers points de vue provenant de partout dans le monde.

Personnes ressource pour les médias
Amelia Buchanan, Spécialiste principale des communications, Institut de recherche de l’Hôpital d’Ottawa, ambuchanan@ohri.ca, Bureau : 613-798-5555, x 73687, Cell. : 613-297-8315

Aynsley Morris, CHEO Research Institute, 613 737-7600 x 4144; 613 914-3059, amorris@cheo.on.ca @CHEOHospital

Véronique Vallée, University of Ottawa, 613-863-7221, veronique.vallee@uottawa.ca, @uOttawa