Conseils pour éviter les revues « prédatrices » selon de récentes recherches


Il n’est pas inhabituel, pour un chercheur, de recevoir des dizaines de courriels de revues « prédatrices » chaque semaine. Ces revues prétendent adopter le modèle du libre accès et offrent un examen rapide par des pairs à rabais. Dans bien des cas, toutefois, elles publient des « torchons » et adoptent des pratiques éditoriales douteuses.

Larissa Shamseer, une candidate au doctorat qui travaille avec David Moher, Ph.D., et ses collègues ont récemment établi une liste de 13 caractéristiques fondées sur des données probantes que les chercheurs peuvent utiliser pour repérer une revue prédatrice. La liste est basée sur une évaluation détaillée de près de 300 revues. Parmi ces caractéristiques, on retrouve des coquilles dans le site Web de la revue, des images floues, des promesses de publication rapide, la soumission de manuscrits par courriel et la promotion de faux paramètres (p. ex. valeur à l’Index Copernicus).

La liste exhaustive des caractéristiques, publiée dans la revue BMC Medicine et accompagnée d’un blogue, devrait être particulièrement utile puisque la « liste de Beall » des revues prédatrices a récemment été retirée.

M. Moher est un scientifique principal à L’Hôpital d’Ottawa et un professeur agrégé à l’Université d’Ottawa. Il dirige le Centre for Journalology de L’Hôpital d’Ottawa.

Auteurs : Larissa Shamseer, David Moher, Onyi Maduekwe, Lucy Turner, Virginia Barbour, Rebecca Burch, Jocalyn Clark, James Galipeau, Jason Roberts, Beverley J. Shea

Commanditaires : L’étude ne bénéficiait pas de fonds dédiés, mais tous les chercheurs de L’Hôpital d’Ottawa sont soutenus par la Fondation de l’Hôpital d’Ottawa. M. Moher est également titulaire d'un chaire de recherche de l'Université d'Ottawa.

L’Hôpital d’Ottawa : Inspiré par la recherche. Guidé par la compassion.
L’Hôpital d’Ottawa est l’un des plus importants hôpitaux d’enseignement et de recherche au Canada. Il est doté de plus de 1 100 lits, d’un effectif de quelque 12 000 personnes et d’un budget annuel d’environ 1,2 milliard de dollars. L’enseignement et la recherche étant au cœur de nos activités, nous possédons les outils qui nous permettent d’innover et d’améliorer les soins aux patients. Affilié à l’Université d’Ottawa, l’Hôpital fournit sur plusieurs campus des soins spécialisés à la population de l’Est de l’Ontario. Cela dit, nos techniques de pointe et les fruits de nos recherches sont adoptés partout dans le monde. Notre vision consiste à améliorer la qualité des soins et nous mobilisons l’appui de toute la collectivité pour mieux y parvenir. Pour en savoir plus sur la recherche à L’Hôpital d’Ottawa, visitez www.irho.ca

L’Université d’Ottawa : Un carrefour d’idées et de cultures
L’Université d’Ottawa compte plus de 50 000 étudiants, professeurs et employés administratifs qui vivent, travaillent et étudient en français et en anglais. Notre campus est un véritable carrefour des cultures et des idées, où les esprits audacieux se rassemblent pour relancer le débat et faire naître des idées transformatrices. Nous sommes l’une des 10 meilleures universités de recherche du Canada; nos professeurs et chercheurs explorent de nouvelles façons de relever les défis d’aujourd’hui. Classée parmi les 200 meilleures universités du monde, l’Université d’Ottawa attire les plus brillants penseurs et est ouverte à divers points de vue provenant de partout dans le monde. www.uottawa.ca

Personne ressource pour les médias
Jennifer Ganton
Directrice, communications et relations publiques
Institut de recherche de l’Hôpital d’Ottawa
Bureau : 613-798-5555, x 73325
Cell. : 613-614-5253
jganton@ohri.ca