Un médicament qui sert à contrôler l’appétit pourrait également combattre l’anxiété, selon une étude menée à Ottawa

le 5 mars 2015

Savez-vous que notre corps produit une substance semblable à la marihuana, capable de nous protéger contre l’anxiété? Des chercheurs à Ottawa ont publié aujourd’hui dans la revue Neuron une étude selon laquelle un même processus biologique régulerait l’obésité et l’anxiété, et affirment qu’un médicament en cours d’essais cliniques pour le traitement de l’obésité offre ainsi des perspectives pour le soulagement de l’anxiété.

« L’anxiété et l’obésité sont des problèmes croissants dans notre société », affirme Hsiao-Huei Chen, professeure agrégée de médecine à l’Université d’Ottawa et scientifique principale à l’Institut de recherche de l’Hôpital d’Ottawa. « Nous avons découvert non seulement qu’il existe un lien biologique entre les deux, mais aussi qu’on pourrait les traiter avec le même médicament. »

La professeure Chen et ses collègues étudiaient d’abord les effets du gène LMO4 sur le développement et la régénération du cerveau. Ils ont remarqué que des souris dépourvues de ce gène dans une certaine zone du cerveau affichaient de l’anxiété tout en devenant obèses. Leurs travaux, ainsi qu’une étude antérieure, montrent que l’enzyme PTP1B est un élément critique du processus moléculaire qui lie le LMO4, l’anxiété, l’obésité et le système naturel de marihuana du corps appelé système endocannabinoïde. Lorsque les chercheurs ont employé la trodusquemine, un médicament qui inhibe spécifiquement l’activité du PTP1B, ils ont constaté une diminution tant de l’anxiété que de l’obésité.

« Les traitements actuels pour les troubles de l’anxiété comportent des effets secondaires tels que la dépendance pharmacologique », poursuit la professeure Chen, qui est également membre de l’Institut de recherche sur le cerveau. « Notre approche consiste à permettre au cerveau de se régénérer tout seul en équilibrant son niveau de PTP1B. »

La trodusquemine fait l’objet d’essais cliniques dans le cadre d’études sur le contrôle de l’appétit et la perte de poids, et aussi par rapport à ses effets potentiels sur le cancer du sein. Des études antérieures ont montré que les personnes souffrant de maladies liées au métabolisme et à l’obésité sont souvent sujettes à des troubles de l’humeur et de l’anxiété. La découverte d’un lien entre l’obésité et l’anxiété permettrait donc d’envisager un traitement qui soulage ces affections ensemble.

« Nous espérons pouvoir entamer les essais cliniques bientôt, afin de déterminer si ce nouveau médicament est en mesure de traiter à la fois l’obésité et l’anxiété », conclut la professeure Chen, dont les travaux sur le LMO4 portent aussi sur le diabète.

Le financement provient des Instituts de recherche en santé du Canada, du Conseil de recherches en sciences naturelles et en génie du Canada, de l’Association canadienne du diabète, de la Fondation des maladies du cœur du Canada (FMCC), du Partenariat canadien pour le rétablissement de l’AVC, de la Fondation des maladies du cœur et de l’AVC de l’Ontario, du Programme des chaires de recherche du Canada et de la Fondation de l’Hôpital d’Ottawa.

Article complet : Chronic Stress Induces Anxiety via an Amygdalar Intracellular Cascade that Impairs Endocannabinoid Signaling (en anglais seulement), revue Neuron. Auteurs : Zhaohong Qin, Xun Zhou, Nihar R. Pandey, Haley A. Vecchiarelli, Chloe A. Stewart, Xia Zhang, Diane C. Lagace, Jean Michel Brunel, Jean-Claude Béïque, Alexandre F.R. Stewart, Matthew N. Hill et Hsiao-Huei Chen.

Personne-ressource pour les médias :


Kina Leclair
Agente des relations médias
Université d’Ottawa
Bureau : 613 562 5800 (2529)
Cell. : 613 762 2908
kleclair@uOttawa.ca

Jennifer Ganton
Directrice, Communications et Relations publiques
Institut de recherche de l’Hôpital d’Ottawa
Bureau : 613-737-8899, poste 73325
Cell. : 613-614-5253
jganton@ohri.ca

L’Université d’Ottawa : Un carrefour d’idées et de cultures


L’Université d’Ottawa compte plus de 50 000 étudiants, professeurs et employés administratifs qui vivent, travaillent et étudient en français et en anglais. Notre campus est un véritable carrefour des cultures et des points de vue, où les esprits audacieux se rassemblent pour relancer le débat et faire naître des idées transformatrices. Nous sommes l’une des 10 meilleures universités de recherche du Canada; nos professeurs et chercheurs explorent de nouvelles façons de relever les défis d’aujourd’hui. Nous sommes l’un des rares établissements canadiens à figurer parmi les 200 meilleures universités du monde. Nous attirons d’éminents penseurs et accueillons une diversité de perspectives de partout dans le monde.

L’Institut de recherche de l’Hôpital d’Ottawa


L’Institut de recherche de l’Hôpital d’Ottawa est l’établissement de recherche de l’Hôpital d’Ottawa; affilié à l’Université d’Ottawa, il entretient des liens étroits avec ses facultés de médecine et des sciences de la santé. L’Institut regroupe plus de 1 700 scientifiques, chercheurs cliniciens, étudiants diplômés, stagiaires postdoctoraux et employés de soutien qui se consacrent à la recherche pour améliorer la compréhension, la prévention, le diagnostic et le traitement des maladies. Appuyez nos efforts de recherche en faisant un don à La recherche au cœur de nos vies.