Nouveau traitement bénéfique pour les patients victimes d’un AVC

le 11 février 2015

Ottawa – Des chercheurs de L’Hôpital d’Ottawa et de l’Université d’Ottawa ont participé à un essai clinique aléatoire international montrant qu’une intervention pour retirer des caillots, appelée traitement endovasculaire, peut améliorer considérablement les résultats pour les patients victimes d’un AVC ischémique aigu. L’étude dirigée par des chercheurs de l’Institut de recherche Hotchkiss sur le cerveau (HBI) de l’Université de Calgary révèle une amélioration remarquable des résultats et une réduction des décès attribuables à un AVC. Les résultats de cette étude sont publiés dans l’édition en ligne du New England Journal of Medicine (NEJM) du 11 février 2015.

Dans l’ensemble, les patients ont vu leurs résultats positifs passer de 30 % à 55 %, et plutôt que d’avoir des troubles neurologiques graves, bon nombre d’entre eux ont pu retourner chez eux et reprendre une vie normale. Le taux global de mortalité était de deux patients sur dix pour le traitement standard et d’un patient sur dix pour le traitement endovasculaire : une réduction de 50 %.

« Cette étude constitue une percée majeure dans le traitement des AVC aigus », déclare le Dr Cheemun Lum, neuroradiologue d’intervention à L’Hôpital d’Ottawa, qui a mené l’étude à Ottawa en collaboration avec le Dr Dar Dowlatshahi, neurologue spécialisé en AVC. « Ces patients présentent les symptômes d’AVC les plus graves et les caillots les plus gros. C’est une course contre la montre. Nous savons maintenant que localiser et retirer rapidement le caillot avec des techniques d’imagerie est ce qu’il y a de mieux pour les patients qui présentent ces types d’obstruction. »

Les Drs Lum et Dowltashahi sont également affiliés à l’Université d’Ottawa et à l’Institut de recherche de l’Hôpital d’Ottawa.

L’essai clinique, connu sous le nom d’ESCAPE (Endovascular treatment for Small Core and Anterior circulation Proximal occlusion with Emphasis on minimizing CT to recanalization times [traitement endovasculaire pour petit AVC central et ischémique à occlusion proximale avec emphase sur la minimisation du temps de recanalisation par tomodensitogramme]), indique une réduction marquée des incapacités et des décès chez les patients qui bénéficient du traitement endovasculaire à la suite d’un AVC ischémique aigu. L’AVC ischémique est causé par l’obstruction d’une artère cérébrale qui prive le cerveau de nutriments essentiels, comme le glucose et l’oxygène. La norme internationale actuelle, fondée sur les lignes directrices du Canada, des États-Unis et de l’Europe, consiste à administrer lorsqu’approprié un médicament appelé tPA, qui dissout les caillots.

Dans le cadre de l’essai ESCAPE, 316 patients qui répondaient aux critères et qui se sont présentés à l’hôpital dans les douze heures suivant leur AVC ont reçu, de manière aléatoire, des soins médicaux standard seulement (notamment le tPA, lorsqu’approprié) ou combinés au traitement endovasculaire.

Ce traitement guidé par imagerie s’effectue en insérant un mince tube dans une artère de l’aine, pour ensuite l’acheminer dans le corps et les vaisseaux cérébraux jusqu’au caillot. Le caillot est ensuite enlevé à l’aide d’une endoprothèse récupérable, ce qui permet de rétablir le flux sanguin au cerveau.

D’abord mis au point dans les années 1990, le traitement endovasculaire est devenu techniquement possible que récemment. Selon les chercheurs de l’équipe ESCAPE, on peut attribuer le succès de l’essai au traitement très rapide et à l’utilisation de l’imagerie du cerveau et des vaisseaux sanguins. En moyenne, ils ont mis deux heures de moins que dans les essais antérieurs pour ouvrir les vaisseaux sanguins obstrués.

ESCAPE est le deuxième essai sur le traitement endovasculaire qui en démontre l’efficacité et le premier à montrer une baisse de la mortalité. Les résultats de l’essai antérieur, appelé MR. CLEAN (Multi center Randomized Clinical trial of Endovascular treatment for Acute ischemic stroke in the Netherlands [essai clinique multicentrique randomisé sur le traitement endovasculaire pour les AVC ischémiques aigus aux Pays-Bas]), ont été publiés en décembre 2014.

L’étude a été menée à 22 endroits dans le monde et comprenait des patients des États-Unis, du Royaume-Uni, d’Irlande et de Corée du Sud. Onze hôpitaux canadiens, représentant les deux tiers des patients, y ont participé.

En plus d’être publiés en ligne, les résultats de cette étude déterminante seront publiés dans l’édition papier du NEJM du 19 mars et présentés à la Conférence internationale sur l’AVC organisée par l’American Heart Association à Nashville, au Tennessee.



L’étude a été financée par la Fondation des maladies du cœur et de l’AVC du Canada, Alberta Innovates-Health Solutions et Medtronic, et les généreux dons à l’équipe de recherche sur l’AVC du HBI et le Programme des AVC de Calgary. La Fondation de l’Hôpital d’Ottawa appuie toutes les recherches menées à l’Hôpital, y compris cet essai.

ENDROITS


Centre médical Foothills (Calgary, Alb.)
Hôpital royal universitaire (Saskatoon, Sask.)
Institut neurologique du Colorado (Denver, Colo.)
Hôpital St. Michael (Toronto, Ont.)
Centre médical UPMC (Pittsburgh, Penn.)
Centre des sciences de la santé Queen Elizabeth II (Halifax, N.-É.)
Hôpital Toronto Western (Toronto, Ont.)
Hôpital de l’Université de l’Alberta (Edmonton, Alb.)
Centre de recherche neurologique Chattanooga (Chattanooga, Tenn.)
CHUM – Hôpital Notre-Dame (Montréal, Qc)
Université médicale de la Caroline du Sud (MUSC) (Charleston, C.S.)
Centre des sciences de la santé Sunnybrook (Toronto, Ont.)
L’Hôpital d’Ottawa (Ottawa, Ont.)
Centre des sciences de la santé de London (London, Ont.)
Université McGill (MNI) (Montréal, Qc)
Hôpital Beaumont (Dublin, Irlande)
Hôpital Memorial Abington (Abington, Penn.)
Hôpital Royal Victoria (Belfast, Irlande du Nord)
Université Yonsei (Hôpital Severance) (Séoul, Corée du Sud)
Centre médical Samsung (Séoul, Corée du Sud)
Université Keimyung (Centre médical Dongsan) (Daegu, Corée du Sud)
Université Temple (Philadelphie, Penn.)

Pour en savoir plus sur ESCAPE, allez au http://cumming.ucalgary.ca/escape-stroke (publié sur le Web le 11 février, à midi [HNE])

-30-

Renseignements


Hazel Harding
Conseillère en communications
L’Hôpital d’Ottawa
Courriel : hharding@lho.on.ca
Téléphone : 613-737-8460

Marta Cyperling
Gestionnaire des relations avec les médias
Faculté de médecine Cumming, Université de Calgary
Courriel : marta.cyperling@ucalgary.ca
Téléphone : 403-210-3835

Au sujet de l’Institut de recherche de l’Hôpital d’Ottawa


L’Institut de recherche de l’Hôpital d’Ottawa est affilié à l’Université d’Ottawa et entretient des liens étroits avec ses facultés de médecine et des sciences de la santé. L’Institut regroupe plus de 1 700 scientifiques, chercheurs cliniciens, étudiants diplômés, stagiaires postdoctoraux et employés de soutien qui se consacrent à la recherche pour améliorer la compréhension, la prévention, le diagnostic et le traitement des maladies. Appuyez nos recherches en faisant un don à la campagne La recherche au cœur de nos vies.