Une étude surprenante pourrait sauver des patients ayant reçu une transplantation rénale


Garder en santé les patients ayant reçu une transplantation rénale exige de trouver un juste équilibre, car les médicaments qui préviennent le rejet d’organe peuvent aussi augmenter le risque de cancer. On pensait autrefois que le sirolimus était un médicament prometteur pour ces patients, puisqu’il semblait prévenir le rejet d’organe sans accroître le risque de cancer. Cependant, une étude dirigée par le Dr Greg Knoll et Dean Fergusson montre que, bien que le sirolimus réduise effectivement le risque de cancer, les patients ayant pris ce médicament étaient en fait exposés à un risque accru de mortalité globale de 43 %. La méta-analyse de données individuelles a inclus près de 6 000 patients ayant reçu une transplantation rénale et participé à 21 essais réalisés partout dans le monde. Les résultats ont été publiés dans le British Medical Journal. Un éditorial a applaudit cette recherche « digne d’éloges » et a souligné ses « méthodes méticuleuses ».

Bailleur(s) de fonds : Pfizer

L’Institut de recherche de l’Hôpital d’Ottawa


L’Institut de recherche de l’Hôpital d’Ottawa est l’établissement de recherche de l’Hôpital d’Ottawa; affilié à l’Université d’Ottawa, il entretient des liens étroits avec ses facultés de médecine et des sciences de la santé. L’Institut regroupe plus de 1 700 scientifiques, chercheurs cliniciens, étudiants diplômés, stagiaires postdoctoraux et employés de soutien qui se consacrent à la recherche pour améliorer la compréhension, la prévention, le diagnostic et le traitement des maladies. Les recherches menées à l’Institut sont financées par la Fondation de l’Hôpital d’Ottawa.

Personnes-ressource pour les médias


Paddy Moore
Communications et Relations publiques
Institut de recherche de l’Hôpital d’Ottawa
Bureau : 613-737-8899, poste 73687
Cell. : 613-323-5680
padmoore@ohri.ca