Le nouveau Centre de recherche novatrice sur le cancer de L’Hôpital d’Ottawa réduira les délais entre les découvertes et leur application auprès des patients

le 29 juin 2011

L’Institut de recherche de l’Hôpital d’Ottawa (IRHO) célèbre l’inauguration d’un tout nouveau laboratoire de 15,8 M$ créé en vue d’accélérer la mise au point et l’essai clinique de nouveaux traitements contre le cancer. Le Centre de recherche novatrice sur le cancer (CRNC) voit le jour grâce au financement du gouvernement de Canada par l’intermédiaire de la Fondation canadienne pour l’innovation (FCI), qui lui a octroyé 6,3 M$ pour la construction et les équipements dans le cadre des projets évalués par des pairs du Fonds des hôpitaux de recherche, et grâce aux dons de généreux membres de la collectivité par l’entremise de La Fondation de l’Hôpital d’Ottawa, qui lui a versé 9,5 M$. L’Hôpital d’Ottawa (L’HO) et l’Université d’Ottawa sont également des partenaires majeurs dans le projet.

« Il faut habituellement plus d’une décennie pour passer d’une découverte prometteuse en laboratoire à la mise à l’essai d’un nouveau traitement auprès des patients. Mais nous estimons que ces nouvelles installations nous permettront de réduire le délai de moitié, sinon plus », déclare le Dr Harry Atkins, scientifique en recherche sur le cancer, médecin et professeur adjoint de médecine affilié à l’IRHO, à L’HO et à l’Université d’Ottawa qui a joué un rôle de premier plan dans la conception du CRNC. « Nos patients auront donc moins long à attendre de meilleurs traitements. »

Le CRNC est situé au 3e étage du Centre de cancérologie de L’HO, qui a récemment été agrandi au Campus Général. Il comprend de l’équipement de pointe capable d’analyser les cellules cancéreuses au niveau moléculaire et de mettre au point et à l’essai de nouveaux traitements en laboratoire. Il est désormais possible de fabriquer de nouveaux traitements prometteurs dans son laboratoire « salle blanche » et de les mettre à l’essai auprès des patients au deuxième étage du même édifice. Un autre laboratoire spécialisé permet aux chercheurs d’analyser des échantillons de tumeurs et d’étudier leurs réactions aux traitements en vue de concevoir des thérapies plus efficaces et ciblés.

« Nous adoptons un modèle de recherche avant-gardiste qui est fondé sur l’amélioration continue des nouveaux traitements par un cycle soutenu de recherche en laboratoire et de recherche clinique », explique le Dr Michael McBurney, directeur de la recherche sur le cancer à l’IRHO et professeur de médecine à l’Université d’Ottawa. « Nos chercheurs en laboratoire et en clinique collaborent déjà depuis longtemps. Mais l’ouverture du Centre de recherche novatrice sur le cancer nous permettra d’intensifier l’efficacité de nos échanges et, nous l’espérons, d’améliorer de façon importante le sort de nos patients. »

L’un des grands secteurs de recherche du Centre est la mise au point de traitements biologiques qui misent sur des virus, des gènes et des cellules pour cibler les tumeurs cancéreuses. Par exemple, le Dr John Bell et son équipe ont créé des virus oncolytiques qui infectent et tuent les cellules cancéreuses sans blesser les tissus sains. Leurs travaux englobent le cycle complet de la recherche, en partant des études en laboratoire jusqu’aux essais cliniques auprès des patients.

« Nous sommes très encouragés par les réussites que nous avons réalisées avec ces virus, mais ce n’est que la pointe de l’iceberg, affirme le Dr Bell, scientifique principal à l’IRHO et professeur de médecine à l’Université d’Ottawa. Nous sommes en train de concevoir une toute nouvelle gamme de traitements biologiques contre le cancer qui, un jour, pourraient révolutionner les soins aux patients atteints du cancer. Le Centre de recherche novatrice sur le cancer nous procure un immense avantage et la possibilité de paver la voie au monde entier dans ce domaine. »

En plus de l’énorme potentiel pour améliorer la santé, le nouveau Centre présente aussi d’importantes forces sur le plan économique et de la formation. Ses scientifiques ont d’ailleurs déposé de nombreuses demandes de brevets en plus d’avoir lancé des entreprises innovantes, comme Jennerex Biotherapeutics, qui créent des emplois et alimentent l’économie locale. En outre, le CRNC fournit des formations très avancées à plus de 50 étudiants chaque année.

« L’ouverture du Centre de recherche novatrice sur le cancer est un exemple remarquable de ce qui peut être accompli par le biais de partenariats, » déclare M. Gilles G. Patry, président-directeur général de la FCI. « L’unique collaboration entre les cliniciens et les chercheurs en laboratoire est incroyablement prometteuse quant à l’amélioration de la vie de tant de Canadiens. »

« Notre gouvernement s’est engagé à attirer au Canada, à former et à maintenir en poste les meilleurs chercheurs au monde, a déclaré le député d’Ottawa-Orléans, Royal Galipeau, au nom du ministre d’État (Sciences et Technologie), l’honorable Gary Goodyear. Nous sommes fiers d’apporter notre soutien au Centre de recherche novatrice sur le cancer, puisque le travail qui y sera effectué contribuera à améliorer la vie des Canadiens. »

Le CRNC fait partie d’un plus vaste projet financé par la FCI appelé Translation of Innovation into Medical Excellence (TIMEx), le fruit d’un partenariat entre L’Hôpital d’Ottawa, le Centre hospitalier pour enfants de l’est de l’Ontario (CHEO), de l’Institut de cardiologie de l’Université d’Ottawa, de l’Université d’Ottawa et du Centre de récupération d’AVC de la Fondation des maladies du cœur. Au total, l’initiative octroie 65 M$ de financement aux nouvelles infrastructures de recherche au seins des établissements partenaires.

La recherche au CRNC bénéficie également du soutien de l’Institut ontarien de recherche sur le cancer et des Instituts de recherche en santé du Canada, ainsi que de plusieurs organismes de charité.

Au sujet de l’Institut de recherche de l’Hôpital d’Ottawa
L’Institut de recherche de l’Hôpital d’Ottawa (IRHO) est affilié à l’Université d’Ottawa et entretient des liens étroits avec ses facultés de médecine et des sciences de la santé. L’IRHO regroupe plus de 1 500 scientifiques, chercheurs cliniciens, étudiants diplômés, stagiaires postdoctoraux et employés de soutien qui se consacrent à la recherche pour améliorer la compréhension, la prévention, le diagnostic et le traitement des maladies. www.irho.ca

Renseignements
Jennifer Paterson
Directrice, Communications et Relations publiques
Institut de recherche de l’Hôpital d’Ottawa
613-798-5555 poste 73325
613-614-5253 (cellulaire)
jpaterson@ohri.ca