L’accès à la transplantation rénale est inégal en Ontario selon une étude

le 9 janvier 2017



Une étude publiée dans l’American Journal of Transplantation révèle que les personnes atteintes d’insuffisance rénale chronique en Ontario n’ont pas toutes le même accès à la transplantation de rein. Sans greffe, ces personnes auront besoin de dialyse d’entretien toute leur vie.

L’équipe de chercheurs a examiné toutes les transplantations de rein réalisées dans le cadre de 27 programmes régionaux de soins rénaux en Ontario de 2003 à 2013 pour découvrir que les taux de transplantation variaient de 7,4 % à 31,4 % entre les programmes.

« En théorie, il existe un système universel de soins en Ontario. Notre étude a toutefois montré que les patients inscrits dans certains programmes régionaux de soins rénaux avaient des chances accrues d’avoir une transplantation rénale que ceux d’autres programmes », explique le Dr Greg Knoll, auteur principal de l’étude, scientifique principal et chef de la Division de néphrologie à L’Hôpital d’Ottawa, titulaire d’une chaire de recherche clinique en transplantation et professeur à l’Université d’Ottawa.

Lorsque les chercheurs ont sélectionné les patients les plus admissibles à la transplantation (1 809 patients), les taux de transplantation variaient de 32,5 % à 82,7 % entre les programmes. Les patients avaient entre 18 et 50 ans et n’avaient pas d’antécédent de cancer, de diabète ou de maladie cardiaque.

« Nous savions déjà qu’il y avait des différences importantes dans les taux de transplantation rénale entre les provinces, mais c’est la première fois que des chercheurs examinent la situation au sein d’une seule province », précise Kyla Naylor, boursière postdoctorale à l’Université de Toronto et à l’Institut de recherche en services de santé.

Les chercheurs ont aussi découvert que 15 des 27 programmes régionaux de soins rénaux affichaient le taux de transplantation rénale ciblé en Ontario. Six programmes avaient un taux supérieur à celui ciblé et six autres, un taux inférieur.

Les chercheurs ne savent pas pourquoi il existe une telle variation dans les taux de transplantation. Parmi les pistes envisagées, il y a les taux de demandes de transplantation, la quantité de renseignements fournis sur la transplantation, les ratios personnel-patients, ainsi que la proximité du centre de transplantation le plus proche et la quantité d’organes disponibles à cet endroit.

« Si nous pouvons cerner la cause de ces disparités, nous pourrons aider à rendre le système de transplantation de rein plus équitable pour tous les patients, ajoute le Dr Knoll. Bien sûr, il est aussi essentiel de continuer d’encourager le don d’organe. »

Des 23 022 patients condamnés à la dialyse qui ont été suivis pendant l’étude, 46,1 % sont décédés et 11,8 % ont reçu un rein pendant la période de suivi maximale de 11 ans. Selon le Réseau Trillium pour le don de vie, plus de 1 000 personnes attendent de recevoir un rein en Ontario.

Les chercheurs ont utilisé six bases de données conservées par l’Institut de recherche en services de santé, notamment le Système de signalement des maladies rénales de l’Ontario, le Registre canadien des insuffisances et des transplantations d’organes, la Base de données sur les personnes inscrites de l’Ontario, la Base de données du Régime d’assurance-santé de l’Ontario, le Système national d’information sur les soins ambulatoires et la Base de données sur les congés des patients de l’Institut canadien d’information sur la santé.

Commanditaires et partenaires : Réseau rénal de l’Ontario, ministère de la Santé et des Soins de longue durée, ICES Western (site satellite de l’Institut de recherche en services de santé), Academic Medical Organization of Southwestern Ontario, École de médecine et de dentisterie Schulich de l’Université Western, Institut de recherche en santé Lawson, Fondation de l’Hôpital d’Ottawa, Université d’Ottawa, Instituts de recherche en santé du Canada, Programme national de recherche en transplantation du Canada. Consultez l’article intégral dans la revue pour avoir plus de renseignements sur les commanditaires.

L’Hôpital d’Ottawa : Inspiré par la recherche. Guidé par la compassion.
L’Hôpital d’Ottawa est l’un des plus importants hôpitaux d’enseignement et de recherche au Canada. Il est doté de plus de 1 100 lits, d’un effectif de quelque 12 000 personnes et d’un budget annuel d’environ 1,2 milliard de dollars. L’enseignement et la recherche étant au cœur de nos activités, nous possédons les outils qui nous permettent d’innover et d’améliorer les soins aux patients. Affilié à l’Université d’Ottawa, l’Hôpital fournit sur plusieurs campus des soins spécialisés à la population de l’Est de l’Ontario. Cela dit, nos techniques de pointe et les fruits de nos recherches sont adoptés partout dans le monde. Notre vision consiste à améliorer la qualité des soins et nous mobilisons l’appui de toute la collectivité pour mieux y parvenir. Pour en savoir plus sur la recherche à L’Hôpital d’Ottawa, visitez www.irho.ca

L’Université d’Ottawa : Un carrefour d’idées et de cultures
L’Université d’Ottawa compte plus de 50 000 étudiants, professeurs et employés administratifs qui vivent, travaillent et étudient en français et en anglais. Notre campus est un véritable carrefour des cultures et des idées, où les esprits audacieux se rassemblent pour relancer le débat et faire naître des idées transformatrices. Nous sommes l’une des 10 meilleures universités de recherche du Canada; nos professeurs et chercheurs explorent de nouvelles façons de relever les défis d’aujourd’hui. Classée parmi les 200 meilleures universités du monde, l’Université d’Ottawa attire les plus brillants penseurs et est ouverte à divers points de vue provenant de partout dans le monde. www.uottawa.ca

Personnes ressource pour les médias
Amelia Buchanan
Spécialiste principale des communications
Institut de recherche de l’Hôpital d’Ottawa
Bureau : 613-798-5555, x 73687
Cell. : 613-297-8315
ambuchanan@ohri.ca