Antidépresseurs et exercice pour se rétablir d’un AVC : une nouvelle étude auprès de souris produit des résultats étonnants

le 2 mars 2018


L’exercice et les inhibiteurs sélectifs du recaptage de la sérotonine (ISRS) sont efficaces pour traiter certains types de dépression. Cependant, peu de recherches ont testé cette combinaison pour le traitement de la dépression post-accident vasculaire cérébral (AVC), qui touche de 20 à 80 % des survivants d’AVC. C’est donc ce qu’ont tenté de faire Paul Albert, Ph.D., et Faranak Vahid-Ansari, Ph.D., au moyen d’un modèle de souris novateur qu’ils ont eux-mêmes créé pour cet état médical. Étonnamment, ils ont découvert que l’exercice n’a aucun impact sur la dépression, contrairement aux ISRS dont l’impact est beaucoup plus grand qu’attendu. Non seulement les ISRS ont-ils éliminé complètement la dépression et l’anxiété, ils ont rétabli entièrement l’apprentissage et la mémoire. Des études subséquentes ont révélé que l’AVC cause dans ce modèle un déséquilibre de l’activité cérébrale, rétablie par les ISRS, mais non par l’exercice. Cette découverte suscite l’enthousiasme sur l’utilisation potentielle des antidépresseurs pour améliorer la mémoire après un AVC. Elle fournit également un nouvel éclairage sur les régions du cerveau susceptibles de bénéficier d’une stimulation après l’AVC. Paul Albert et son équipe espèrent élucider la question dans un avenir rapproché. Pour en savoir plus, consultez la revue Neurotherapeutics.

Financement : Cette recherche a été rendue possible grâce aux généreux dons faits à L’Hôpital d’Ottawa aux fins de la recherche. L’étude était également financée par les Instituts de recherche en santé du Canada et le Partenariat canadien pour le rétablissement de l’AVC de la Fondation des maladies du cœur et de l’AVC.

L’Hôpital d’Ottawa : Inspiré par la recherche. Guidé par la compassion.


L’Hôpital d’Ottawa est l’un des plus importants hôpitaux d’enseignement et de recherche au Canada. Il est doté de plus de 1 100 lits, d’un effectif de quelque 12 000 personnes et d’un budget annuel d’environ 1,2 milliard de dollars. L’enseignement et la recherche étant au cœur de nos activités, nous possédons les outils qui nous permettent d’innover et d’améliorer les soins aux patients. Affilié à l’Université d’Ottawa, l’Hôpital fournit sur plusieurs campus des soins spécialisés à la population de l’Est de l’Ontario. Cela dit, nos techniques de pointe et les fruits de nos recherches sont adoptés partout dans le monde. Notre vision consiste à améliorer la qualité des soins et nous mobilisons l’appui de toute la collectivité pour mieux y parvenir. Pour en savoir plus sur la recherche à L’Hôpital d’Ottawa, visitez www.irho.ca

L’Université d’Ottawa : Un carrefour d’idées et de cultures


L’Université d’Ottawa compte plus de 50 000 étudiants, professeurs et employés administratifs qui vivent, travaillent et étudient en français et en anglais. Notre campus est un véritable carrefour des cultures et des idées, où les esprits audacieux se rassemblent pour relancer le débat et faire naître des idées transformatrices. Nous sommes l’une des 10 meilleures universités de recherche du Canada; nos professeurs et chercheurs explorent de nouvelles façons de relever les défis d’aujourd’hui. Classée parmi les 200 meilleures universités du monde, l’Université d’Ottawa attire les plus brillants penseurs et est ouverte à divers points de vue provenant de partout dans le monde.

Personnes ressource pour les médias


Jennifer Ganton
Directrice, Communications et relations publiques
Institut de recherche de l'Hôpital d'Ottawa
Bureau : 613-798-5555 x 73325
Cell. : 613-614-5253
jganton@ohri.ca